05/11/2017

Lectures de Septembre

Oui, oui, je sais, novembre est bien entamé, on vient de passer à l’heure d’hiver et je vous parle de mes lectures de septembre. Une volonté de conserver un peu de chaleur, de lumière et d’automne, sans doute. Ou le résultat d’un mélange de procrastination et d’autres occupations.

Storia di chi fugge e chi resta – Elena Ferrante

Je ne présente plus la série L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. Il s’agit ici du troisième volume, lu en italien comme les deux premiers volumes. Et j’aurais aimé pouvoir confirmer l’enthousiasme à la lecture des deux premiers volumes, mais le cœur n’y était plus vraiment. Certes, retrouver Elena et Lina entre Naples et Florence, dans leur vie de jeune femme, leurs amours, leurs déboires et leur états d’âme est intéressant, surtout au regard de la vie sociale et politique de l’époque. Mais on se perd souvent dans les circonvolutions d’Elena, dans les digressions contextuelles qui alourdissent le texte et en rendent la lecture pesante. Par principe, je lirai le 4ème volume Storia della bambina perduta. Mais sans urgence, lorsque je serai de retour sous le soleil de Sicile, dans quelques mois.
E/O Edizioni ; 2013

A l’encre russe – Tatiana de Rosnay

Voilà ce qu’on peut lire sur Google Books « Enfant, Nicolas Duhamel a perdu son père, disparu au large de la côte basque. Quand il découvre que le véritable nom de son père n’était pas Duhamel, mais Koltchine, il part en quête de ses origines et écrit un roman au succès retentissant. Mais au moment où Nicolas pense avoir trouvé la paix, les fantômes du passé resurgissent… Splendide roman à tiroirs, A l’encre russe est une réflexion à la fois sur l’identité et sur l’écriture. »
Je dois vous avouer une faute grave de ma part. J’ai rendu le livre sans avoir pris une seule note. J’avais pourtant mis tous les coups d’ongles nécessaires (pour les curieux se reporter à un billet précédent sur mon ancien blog), sans avoir pris le temps de tout noter derrière. Une façon comme une autre d’exprimer ce que je pense de ce livre. Je me souviens avoir eu du mal à rentrer dedans. Cela n’est pas déplaisant, non, il y a de très belles pages sur le processus d’écriture, ce qu’est un écrivain, mais l’intrigue m’a semblé un peu tiré par les cheveux.
Editions Héloïse d’Ormesson ; traduit de l’anglais par Raymond Clarinard ; 2013

Les vies de papier – Rabih Alameddine

Très attirée par tout ce qui touche à la lecture, la bibliothèque, le livre, le papier, je ne pouvais manquer ce livre de l’écrivain libano-américain, Rabih Alameddine, qui a reçu le Prix Femina étranger en 2016. Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, vit toujours à sa guise, peut importe ce qu’en pense la société libanaise encore pleine de principes et d’entraves. Dans son appartement, entourée de papiers, de cartons, elle ne manquerait pour rien au monde son rituel du 1er janvier : entamer la traduction en arabe d’un auteur qu’elle aime. Traduction qui restera, comme toutes les autres, au fond d’un carton, chez elle. En elle. La littérature est son refuge, son plaisir, sa façon de voir le monde. Et gare à qui s’en approche trop.
Roman particulier, pas toujours facile à lire, mais prenant. Je suis incapable de dire si j’ai aimé ou pas. En revanche, je peux vous dire qu’il m’a prise, m’a envoutée, enroulée dans ses longueurs et ses phrasés complexes.
Quelques extraits :
« Si la littérature est mon bac à sable, alors le monde réel est mon sablier – un sablier qui s’écoule grain par grain. La littérature m’apporte la vie, et la vie me tue. »
« Certains jours ne sont pas des jours à nouveau livre. »
« Lire un bon livre pour la première fois est aussi somptueux que la première gorgée de jus d’orange qui met fin au jeûne du ramadan. »
« Nulle nostalgie n’est vécue avec autant d’intensité que la nostalgie de ce qui n’a pas eu lieu. »
« Mon âme est l’os en plastique sur lequel le destin se fait les crocs. »
Editions Les Escales  ; traduit par Nicolas Richard ; 2016

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.