08/01/2018

Comment lire en 2018 ?

Question un peu étonnante, j’en conviens. Mais sortons un peu de la traditionnelle liste des livres à lire ou que je souhaiterais lire pour suggérer plutôt comment lire. Comment et pourquoi. Comment et pour qui. C’est une question que je ne m’étais pas posée, jusqu’à ce que François Busnel, l’animateur de l’excellente émission La Grande librairie, nous la pose lors du déjeuner de délibération du prix Essai France Télévisions en mars 2017. « Réfléchissez à qui et pour qui vous voulez attribuer ce prix, pour récompenser quelqu’un de déjà connu ou bien donner un coup de pouce à un auteur qui mérite de l’être reconnu ? », voilà en résumé le fond de l’interrogation. Et depuis, chaque fois que je lis un livre et publie un article, je me pose la question du « pour qui » et pourquoi. Et maintenant du « Comment » pour m’aider à y répondre.

Faire partie d’un jury

J’ai eu la chance de renouveler l’expérience l’année dernière. C’est quelque chose qui me fascine et dès que je peux j’envoie ma candidature. Hélas, beaucoup d’appelés et peu d’élus. Chaque prix est différent, les lecteurs, les auteurs, la façon d’exprimer ses choix, ses avis aussi. Pour le prix Essai France Télévisions, nous avions eu 6 livres à lire et il « suffisait » de défendre son champion lors du déjeuner de délibération. Pour le grand prix des lectrices de Elle, j’ai reçu 3 livres par mois dans 3 catégories et il fallait, pour chacun d’eux, écrire un commentaire d’au moins 1/2 page word et lui attribuer une note sur 20.
Je viens de tenter ma chance pour le prix des lecteurs du Livre de poche, mais n’ayant eu aucune réponse, je pense que c’est râpé pour cette année. Il me reste quelque jours pour tenter le prix Orange. A suivre donc.
En attendant, j’ai été ravie de participer à la première édition du Grand prix des blogueurs littéraires, mis en scène par la blogueuse Agathe the book (ce nom de blog, top !). Plus de 300 votants pour cette première édition et un livre récompensé : Bakhita de Véronique Olmi. Un titre que je lirai en 2018. Et d’apprendre par la même occasion que l’original de la photo du livre est conservé à Chalon-sur-Saône, ville de la blogueuse,  au musée Nicephore Niepce. Une occasion de plus pour aller visiter ce musée la prochaine fois que j’irai voir mes parents.

Rentrer dans un club de lecture

Façon rock en rejoignant « The Bowie Book Club« , créé par son fils Duncan Jones. David Bowie était un grand fan de lecture, et avait partagé sa liste des 100 livres préférés. La lecture de janvier est Hawksmoor de Peter Ackroyd. Pas traduit en anglais, cela va être compliqué. Mais je trouve cela intéressant et je vais suivre les lectures des prochains mois.
Façon partage et livres qui voyagent en intégrant la session d’hiver des 68 premières fois, ainsi présentée sur leur site « La sélection sera composée d’une vingtaine de premiers romans parus entre janvier et avril 2018. Vous vous engagez, en rejoignant l’aventure, à lire en priorité les romans de la sélection, à les faire suivre aux autres lecteurs par voie postale dans les meilleurs délais et à les chroniquer sur des blogs ou réseaux sociaux. Tout cela ne peut se faire qu’en adhérant à l’association pour une cotisation minimale de 25 euros. »

Tenter des challenges

On peut avoir envie de suivre son instinct, par principe c’est ce que je fais pour mes lectures. Certains livres traînent des jours sur ma table de chevet, parce que je sens que cela n’est pas le bon moment pour les lire. On peut aussi se lancer un petit défi en se lançant dans des lectures « guidées ». Il y a les challenges mensuels ; ainsi le Reading Classics Challenge 2018 qui propose de lire un auteur classique chaque mois, avec le choix entre deux auteurs (bonne idée pour ceux qui n’aiment pas être trop guidés).
J’étais tentée aussi par le challenge par ordre alphabétique ou bien par thématique. Je vais lire chaque mois un livre dont le titre contient le mot « bleu ». C’est absurde, étrange, mais pourquoi ne pas me construire une histoire de ma lecture guidée par un fil rouge… en l’occurrence bleu 😉 ! Et le principe du challenge (qu’on pourrait aisément traduire par mot défi) est important en ces temps troubles pour moi.

Lire à voix haute

La lecture à haute voix est d’une importance capitale dans la compréhension d’un texte. Entendre la ponctuation, les respirations, les changements de personnage dans les dialogues d’un texte sont autant d’occasion de mieux en saisir le sens. Le style. Je le constate chaque jour avec mes enfants lorsqu’ils doivent lire, souvent le seul devoir à la maison. Et le seul devoir des vacances. Ce qui m’amène à une petite anecdote. Mon cadet devait lire un livre pendant ces dernières vacances, enfin… un livre. En fait, c’était le livre. Celui qui se trouvait dans son cartable. Et pas le livre que je lui avait offert au début des vacances et que forcément il avait choisi. N’ayant pas du tout envie de subir une séance de lecture de 45 pages entrecoupée de soupirs, d’agitation sur la chaise, de « tu sais maman… » totalement en dehors de l’histoire, à deux jours de la rentrée, j’ai pris le parti de lui lire l’histoire pendant qu’il jouait aux légos. Je sais, niveau pédagogie, on repassera. J’ai adoré lui lire cette histoire, autrement qu’à moitié affalée sur son lit. Après, distrait et tête en l’air comme il est, je ne suis pas certaine qu’il ait retenu grand chose de l’histoire.

En cherchant bien, il y aurait mille autres façons de lire, et vous comment lirez-vous en 2018 ?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.