Lettres à un jeune auteur – Colum McCann

Après Profession romancier d’Haruki Murakami, je poursuis ma quête de conseils d’écrivain sur ce qu’ils savent souvent faire le mieux : écrire.

Colum McCann est un écrivain irlandais installé aux Etats-Unis. Ce livre est issu, entre autre, du cours de littérature qu’il a dispensé à 12 étudiants, apprentis écrivains triés sur le volet. Comme il le dit lui-même en introduction « il est incapable de leur enseigner quoi que ce soit. » Il est là pour les guider vers le feu, espérer qu’ils s’y brûlent et leur donner les clefs pour qu’ils trouvent en eux le moyen de passer ce mûr de flammes.

Par le biais de très courts chapitres dont le titre est souvent un conseil avisé en lui-même, Colum McCann bouscule les a-priori et les idées reçues sur ce que doit être un bon écrivain ou pas. Par un premier chapitre au titre un brin provocateur « Il n’y a pas de règles. » il propose une sorte de vademecum avec les DO « Ta première phrase », « La terreur de la page blanche », « Ce qui importe : langue et intrigue »… et les DON’T comme « N’écris pas ce que tu sais », « Pas d’idée sans musique », »Ne fais pas le con »…

Il aborde également des thèmes plus classiques comme la nécessaire activité de lecture, indispensable à l’écrivain. Lire « comme un aventurier. Sans discrimination.Sans faute » car « plus tu es élastique dans tes lectures, plus ton travail gagne en souplesse. »

  • Mais aussi sur les conditions matérielles d’écriture (atelier ou pas, dans un train, n’importe où, en tout cas toujours avec un carnet),
  • la difficulté de trouver un éditeur (« Fais preuve d’audace, d’originalité[…]Maintenant, va écrire.Et finalement, le bon éditeur te trouvera. »),
  • comment finaliser son livre (« ta dernière ligne fait office de première pour chacun d’eux » les lecteurs),
  • l’art de la poubelle  » Parfois, jeune auteur, tu dois simplement trouver le courage de repartir à zéro » ; en effet,  » le vrai courage est d’avoir essayé. »

Colum McCann donne enfin la part belle au lecteur dans un chapitre intitulé « Laisse le lecteur exercer son intelligence ». Après tout, pas d’écrivain sans lecteur. Car « En définitive, les bonnes histoires sont écrites par leurs lecteurs. »

Un petit ouvrage que je recommande pour tous ceux, nombreux, qui se lancent dans cette activité à la fois si simple et si compliquée.

Lettres à jeune auteur – Colum McCann – 2017 (2018, Belfond, pour la traduction française de Jean-Luc Piningre).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Post